Archives pour l'auteur 'zombie'

Bandes annonces

Vous trouverez ici toutes les bandes annonces du blog :

 

THE MACHINE GIRL

machinegirlposter1wq3is9.jpg

THE MACHINE GIRL 

Titre original :  Kataude mashin gâru
Titre internationnal : The machine girl

JAPON / 96 MN / HORREUR/GORE/COMEDIE

Réalisation : Noboru Iguchi

Avec : Taro Suwa, Minase Yashiro, Asami, Kentaro Shimazu, Honoka

Sypnosis :

Ami est une lycéenne sans histoire. Très proche de son frère, celui-ci se fait tuer par le fils d’un Yakuza qui le rackettait depuis quelques temps déjà. Alors qu’elle se rend au domicile de ce dernier pour crier vengeance, Ami se retrouve prisonnière du gang et subit de multiples tortures dont l’amputation d’un bras. Parvenant à s’échapper de ses bourreaux, elle va trouver refuge chez un couple de garagistes qui eux aussi ont perdu leur fils par la faute des Yakuzas. Ensemble, ils vont créér l’arme ultime « The machine girl »…

bscap0044.jpgbscap00072.jpg

 The machine girl est sans conteste un film gore comme l’avait laissé penser la bande annonce. Au même titre que le cultissime « Story of ricky », il mêle sans complexe humour burlesque et effusion de sang à profusion…

bscap00101.jpgbscap00561.jpg

 L’introduction donne le ton, ça va gicler dans tous les sens. Le film commence d’ailleurs par la fin du film nous dévoilant une jeune fille très à l’aise dans son personnage de tueuse vengeresse.

bscap00541.jpgbscap0078.jpg

 La suite nous remémore son passé, celui d’une jeune fille sage comme toutes les autres filles de son âge qui par la suite d’un drame (la perte de son frère) va changer à jamais sa destinée, faisant d’elle une tueuse en quête de revanche envers un gang de Yakuzas, responsable de la mort de son frère et de son amputation.

bscap0065.jpgbscap00731.jpg

 En guise d’arme, elle a une une sorte de sulfateuse faite maison fabriquée par le couple de garagiste qui se sont joints à elle dans sa lutte contre le crime. Par la suite, elle aura une tronçonneuse adaptée elle aussi à son bras vengeur.

bscap0091.jpgbscap0108.jpg

 The machine girl n’est pas sans rappeler certains films devenus des classiques aujourd’hui qu’ils soient récents ou pas comme grindhouse et le fameux segment : Planet terror pour la mitraillette pouvant fusionner avec une partie du corps tout comme la tronçonneuse empruntée au sublissime Evil dead.

bscap0112.jpgbscap0124.jpg

 Il peut également subir la comparaison inévitable avec Braindead. sur ce point, si The machine girl n’est pas aussi sanglant, il le suit de près.

bscap0136.jpgbscap0131.jpg

 Les effets spéciaux sont de qualité inégale, nous offrant parfois des passages maitrisés, assez réalistes et efficaces dans sa mise en scène et d’autres fois trop perfectibles mais au final on s’amuse devant ce spectacle certes souvent grotesque mais au combien jouissif.

bscap0149.jpgbscap0166.jpg

 Le jeu des acteurs est comme pour les effets spéciaux,  si Minase Yashiro s’en sort à merveille dans son personnage, sa beauté physique s’ajoutant à cela, les petits rôles quant à eux surjouent à blocs. Est-ce là un choix délibéré du réalisateur ou mauvais casting…

bscap0170.jpgbscap0171.jpg

 Si l’on s’aperçoit vite que la sulfateuse ou la tronçonneuse sont en latex, le film se rattrape avec son lot d’hémoglobine versée généreusement.

bscap0175.jpgbscap0178.jpg

 Bien entendu, les amputations et meurtres sont exagérés, les victimes perdent des litres de sang, plus que de raison et certains n’ont pas l’air de souffrir le martyr malgré l’atrocité de la scène.

bscap0194.jpgbscap0195.jpg

 The machine girl est un film divertissant possédant un scénario original dans la lignée de Story of ricky qui plaira aux amateurs de genre qui ne cherchent pas à voir un film d’horreur pur et dur mais plutôt un bon gros délire « gore maison » « made in Japan ». En tout cas moi j’aime et j’en redemande…

47.gif

EVIL ALIENS

23d2c26672ee21aa71fe5dcuo0.jpg

EVIL ALIENS

2006 Angleterre 1H33

Réalisateur(s) Jake West

Avec : Mark Holloway, Chris Adamson, Mark Richard Williams, Dan Palmer, Jennifer Evans, Chris Thomas, Sam Butler, Peter O’Connor, Norman Lovett, Jamie Honeybourne, Jodie Shaw, Scott Joseph, Glenn Collier, Emily Booth, Nick Smithers

Sortie US : 06 Septembre 2006

Budget : $1,800,000

Sypnosis :

Une équipe de journaliste tourne un reportage sur une mystérieuse grossesse provoquée par les extraterrestres… Dérangés alors qu’ils transforment le troupeau en corned-beef, les visiteurs d’outre-galaxie vont prendre la mouche et massacrer tout ce petit monde.

bscap0004sx5.jpgbscap0010ge9.jpg

Voici un bon petit film anglais comme je les aime. Un mélange d’humour, d’originalité et de gore. Bref, j’adore ; Des scènes à la braindead (la fameuse moissonneuse batteuse qui fait penser à la scène de la tondeuse) ou bad taste mais en moins réussi quand même, budget oblige.

bscap0009go7.jpgbscap0006qd1.jpg

Faut pas s’attendre à des prouesses techniques non plus avec 1 800 000 $. Il n’empêche que dans l’ensemble, c’est une belle réussite malgré quelques défauts. Ses points forts : de bons effets spéciaux en général ainsi qu’un bon jeu d’acteurs.

bscap0013di1.jpgbscap0012ev5.jpg

Ses points faibles : des images de synthèse de qualité inégale et du sang numérique pour économiser sur le film. Disponible pour l’instant en dvd zone 2 mais uniquement en anglais.

bscap0011zs3.jpgbscap0016du2.jpg

Hélas, pas de français pour comprendre certains passages où les frères de la femme enceinte enlevé par les extra-terrestres parlent dans un patois anglais, bref, incompréhensible.

bscap0015pg5.jpgbscap0014up7.jpg

Quand il sortira en français (enfin je l’espère), ça sera un achat assuré pour moi. Des petits films qui valent bien mieux que de grands films venus du pays de l’oncle « Sam » (tiens comme moi ! ).

bscap0017fj7.jpgbscap0019rk8.jpg

A voir si vous aimez les films sans prise de tête et bien délirant avec des aliens battis comme des gladiateurs. Bref, il y a de tout, du sang, du sexe, de l’humour…

44.gif

Celticxoan 

35.gif

CEMETERY GATES

cemeterygates2004posterhi2.jpg

 CEMETERY GATES

Sorti en dvd le 30 mai 2006

Etats-Unis-2004-91mn
 
Budget du film : 930 000 $

Producteur : Roy Knyrim

Scénario : Pat Coburn, Brian Patrick O’Toole, J. Victor Renaud

Avec : Reggie Bannister, Peter Stickles, Aime Wolf, Nicole DuPort, Kristin Novak, Ky Evans, John Thomas, Chris Finch, Karol Garrison, Bill Lloyd, Greg McDonald, Stephen Van Dorn, Howard Berger, Gregory Nicotero, Aristide Sumatra.

SYPNOSIS :

Deux militants écologistes font évader un diable de Tasmanie géant qui trouve refuge près d’un cimetière où des ados tournent un film de zombies.

bscap0001ml2.jpgbscap0011ei2.jpg

 Réalisé par un des créateurs de dog soldiers Roy Knyrim, ce film est malgré un petit budget, (moins de 1 000 000 de dollars) un ovni par rapport aux films d’horreurs de ces dernières années.

bscap0012aw8.jpgbscap0000gy8.jpg

 Pourquoi, tout simplement parce qu’il n’y a pas d’images de synthèse. Le monstre qui est une sorte de diable de tasmanie génétiquement modifié est en latex et franchement, ça se voit. Il n’est pas très réaliste mais on s’en fout et si vous comptez voir ce film pour vous faire trembler, laisser tomber.

bscap0002pa8.jpgbscap0004hw8.jpg

 En revanche, si vous voulez vous taper un film gore à souhait où le sang coule à flot et où la décapitation a lieu en bon et du forme, des corps mutilés par des griffes acérées et des membres humains qui volent dans les airs… Alors, vous pouvez vous laisser tenter.

bscap0003vc7.jpgbscap0010jx1.jpg

 Il n’y a qu’à lire ce qu’il y a d’écrit sur la pierre tombale en haut sur le deuxième poster « rest in pieces » au lieu de « rest in peace », ça veut tout dire.

bscap0009qa0.jpgbscap0007il8.jpg

 Bref, un peu de sexe, mais pas beaucoup, et surtout beaucoup de sang. Passons au mauvais côtés car hélas, il y en a. Tout d’abord, ça sent le film amateurisme, donc limité en effets spéciaux malgré quelques bonne scènes.

bscap0006an4.jpgbscap0014ye4.jpg

 Ensuite, la bête, à se demander s’ils l’ont fait exprès pour la faire si moche. D’ailleurs, elle lacère plus qu’elle ne dévore. Enfin, pas de version française. Le dvd est uniquement disponible en zone 1 et en anglais. Exit aussi les sous-titres dans cette édition, pas même en anglais. Et quand à savoir s’il y aura une version française, j’en doute fort mais sait on jamais.

bscap0000kv4.jpgbscap0005dl2.jpg

 Bref, à voir si vous voulez regarder un film sans se prendre la tête et que vous maitriser un peu la langue anglaise, c’est quand même mieux.

451.gif

THE COTTAGE

cottage2008boxz27hires.jpg

THE COTTAGE

Titre français : Bienvenue au cottage
Titre original : The Cottage

2007 – G.-B. – Comédie/Horreur

Réalisation : Paul Andrew Williams

Avec : Andy Serkis , Jennifer Ellison (Tracey), Doug Bradley (Le vieil homme), Reece Shearsmith (Peter), Georgia Groome (Les filles du fermier)

Sortie France: 09 Juillet 2008

Sypnosis :

Peter et David, deux frères diamétralement opposés, organisent le kidnapping de la fille du boss de David, Tracey. Mauvaise idée pour eux, puisque ladite proie se révèle être une insupportable tigresse, qui profite rapidement de la lâcheté de Peter, et de l’idiotie du troisième complice, Andrew, son beau-frère. Retranchés dans un cottage isolé, ils doivent la poursuivre lorsqu’elle finit par s’évader, et atterrissent dans une ferme voisine, qui cache un terrible secret…

pdvd005.bmppdvd003.bmp

Produit en Grande Bretagne, The cottage surfe sur la vague des films mêlant avec talent horreur et comédie.

pdvd015.bmppdvd037.bmp

Dans la lignée de Severance, pour son côté humouristique accompagné de quelques scènes bien sanglantes, The cottage est toutefois une oeuvre originale brillament orchestré par le réalisateur Paul Andrew Williams jusqu’alors inconnu dans le monde du cinéma.

pdvd029.bmppdvd025.bmp

Pour un premier long métrage, il fait preuve d’un réel savoir faire, dirigant les comédiens comme il faut en nous offrant un spectacle réjouissant.

pdvd045.bmppdvd042.bmp

Avec The cottage, il nous démontre qu’il possède un certain potentiel artistique et une inspiration des plus fertile. Gageons que ces futures productions seront aussi réussies. Sa carrière est à suivre de près.

pdvd060.bmppdvd051.bmp

Pour en revenir au film, ce dernier se décompose principalement en deux parties. La première nous conte les mésaventures d’un trio devenu kidnappeur le temps d’une journée bien maladroit malgré eux, le tout imprégné d’un humour léger mais fort bienvenue.

pdvd066.bmppdvd061.bmp

La seconde partie se veut plus axé sur l’horreur mettant en scène un paysan psychopathe au visage plus que difforme. Les protagonistes du rapt vont en faire les frais.

pdvd073.bmppdvd068.bmp

Le personnage qui joue le tueur ne parle pas mais sait manier les pelles et autres objets tranchants. Il collectionne les têtes de ses victimes et se sert du reste du corps comme garde manger.

pdvd082.bmppdvd080.bmp

Il y a un passage où il arrache la colonne vertébrale avec la tête d’un gars et la brandit en l’air à la manière d’un trophée qui m’a fait penser à Predator. Voir photo…
pdvd094.bmppdvd090.bmp

Au niveau du casting, les acteurs sont pour la plupart peu connus du grand public si ce n’est Andy Serkis qui avait prêté les traits de son visage pour le fameux Gollum de la trilogie du seigneur des anneaux.

pdvd096.bmppdvd099.bmp

The cottage sortira au cinéma le 9 Juillet 2008 mais il est déjà sorti en dvd à l’étranger avec une piste française. C’est d’ailleurs sur ce support que j’ai pu le visionner.

pdvd101.bmppdvd106.bmp

A défaut de devenir culte, il se révèle être un très bon divertissement pour les amateurs de films d’horreurs teintés d’humour.

42.gif

Celticxoan

42.gif

GRINDHOUSE DEATH PROOF

afficheboulevarddelamortunfilmgrindhousegrindhousedeathproof20077.jpg

DEATH PROOF

Titre français : Boulevard de la mort – Un film Grindhouse
Titre original : Grindhouse : Death Proof

2007 – Etats-unis – Action/Policier/Science-fiction – 1h45

Réalisation : Quentin Tarantino

Avec : Kurt Russell (Mike, le cascadeur), Rosario Dawson (Abernathy), Vanessa Ferlito (Arlene), Jordan Ladd (Shanna), Rose McGowan (Pam)

Sortie France: 06 Juin 2007
Sortie USA: 06 Avril 2007

Sypnosis :

C’est à la tombée du jour que Jungle Julia, la DJ la plus sexy d’Austin, peut enfin se détendre avec ses meilleures copines, Shanna et Arlene. Ce TRIO INFERNAL, qui vit la nuit, attire les regards dans tous les bars et dancings du Texas. Mais l’attention dont ces trois jeunes femmes sont l’objet n’est pas forcément innocente. C’est ainsi que Mike, cascadeur au visage balafré et inquiétant, est sur leurs traces, tapi dans sa voiture indestructible.
Tandis que Julia et ses copines sirotent leurs bières, Mike fait vrombir le moteur de son bolide menacant…

bscap0002.jpgbscap00221.jpg

Projet en commun de deux amis réalisateurs, Tarantino et Rodriguez, Grindhouse est un hommage aux films que l’on pouvait voir aux USA, films considérés la plupart du temps comme mauvais de part la qualité de l’image comme le scénario et les acteurs…

bscap0016.jpgbscap00121.jpg

Si Grindhouse se divise en deux segments « Planet terror » et « Death proof », ils apportent chacun leur dose d’originalité et sont complètements différents.

bscap0010.jpgbscap00361.jpg

Planet terror met en scène des zombies, le tout dans un foutoir pas possible, des dialogues à deux balles et du gore à gogo.

bscap0035.jpgbscap0034.jpg

Death proof, quant à lui est plus réaliste et nous conte les mésaventures de plusieurs jeunes femmes confrontées à un tueur psychopathe qui se sert de ces voitures comme engins de mort.

bscap0027.jpgbscap00471.jpg

Si les avis sont pour la plupart positifs en ce qui concerne Planet terror, ils le sont moins envers Death proof. De part ses dialogues interminables, souvent décrits comme inintéressants, Death proof est considéré pour certains comme un pétard mouillé.

bscap00421.jpgbscap00391.jpg

Beaucoup moins gore que l’autre segment de Rodriguez, la seule scène bien dégeue étant celle du décapitage en bon et du forme avec la voiture pilotée par Kurt Russell. Filmée sous plusieurs angles, la scène du carnage (je pèse mes mots) entre les deux voitures est véritablement la plus grande originalité du film.

bscap00491.jpgbscap00481.jpg

Ici en l’occurence il s’agit d’une dodge charger entièrement peinte en noire avec une grosse tête de mort sur le capot, un muscle car comme on les appelle et que j’aimerais bien avoir en ma posséssion.

bscap00601.jpgbscap00591.jpg

La qualité de l’image est volontairement détériorée à certains passages comme le passage en noir et blanc pour donner l’impression de voir un film au budget limité. Malgré tout, on voit bien que ce n’est pas le cas ici mais l’idée est sympa et originale.

bscap00581.jpgbscap0056.jpg

Kurt Russel avec son style NY97, ici en bad guy est excellent. Il interprète un psychopathe qui au volant de sa voiture renforcée comme celles des cascadeurs ou pilote de stock cars perpétue des meurtres pour le moins original. Il se sert de sa voiture comme arme et n’hésite pas à se mettre en danger.

bscap00671.jpgbscap0066.jpg

La scène finale qui montre le duel entre deux voitures américaine de légende à savoir la dodge challenger contre la dodge charger est très bien filmée et offre sa dose d’adrénaline.

bscap0064.jpgbscap00621.jpg

La fin originale m’a bien fait marrer. Voir le cultissime Kurt Russell se faire harceler, maltraiter et casser la gueule par une horde de femmes avides de vengeance est tout bonnement excellent. Rien que pour le voir chialer comme un gosse et devenir la victime et non plus le prédateur en manque d’action forte.

bscap0070.jpgbscap0076.jpg

Le seul bémol, de longues scènes de dialogues souvent inutiles et devenant parfois ennuyeuses. Néanmoins de très bons plans ainsi que la poursuite finale font que l’on passe un bon moment.

bscap0074.jpgbscap00721.jpg

Rose McGowan n’a qu’un petit rôle ici, la vedette étant Kurt Russell. Les cascades sont très réussis, notamment avec la fille sur le capot. Bref là encore, du bon Tarantino mais pas le meilleur. Cependant, Death proof reste à mes yeux une réussite et à voir impérativement pour tous les amateurs du genre.

41.gif

Celticxoan 

35.gif

A L’INTERIEUR

affichealinterieur20061.jpg

A L’INTERIEUR

2006 – France – Horreur/Thriller – 1h20

Réalisation : Julien Maury et Réalisation : Alexandre Bustillo

Avec : Béatrice Dalle (La femme), Alysson Paradis (Sarah), Nathalie Roussel (Louise), François-Régis Marchasson (Jean-Pierre), Jean-Baptiste Tabourin (Matthieu)

Sortie au cinéma en France: le 13 Juin 2007
Sortie dvd : le 20 février 2008

Sypnosis :

Une jeune femme enceinte de son premier enfant perd son mari lors d’un accident de la route. Une douleur insupportable qui s’accroît quand une inconnue tente de s’introduire chez elle, pour lui voler son bébé.

bscap00071.jpgbscap0006.jpg

Distribué dans très peu de salles d’exploitations au cinéma l’année dernière, ceci aura pour conséquence un bien maigre succès, environ 100000 places vendues seulement. La faute à qui ou à quoi, sans doute aux réalisateurs malgrés eux, qui signe ici leur premier long métrage.

bscap0001.jpgbscap0013.jpg

Le cinéma chez nous étant frileux et avant tout une affaire de business, le choix pour la plupart des salles a été vite fait. Mieux valait jouer la carte de la prudence en ne prenant le risque de faire un bide avec un film réalisé par des inconnus dans le monde du septième art, du moins en tant que réalisateurs. Puis le thème et les nombreuses scènes gores n’ont sans doute pas contribué à le rendre populaire.

bscap0017.jpgbscap0020.jpg

Alors qu’en est-il réellement ? Ce film méritait-il une sortie au cinéma plus remarquée ? La réponse est sans nul doute « Oui » mais il est réservé néanmoins à un public averti…

bscap0025.jpgbscap0023.jpg

J’ai pu enfin avoir l’occasion de voir « à l’intérieur » quelques jours avant sa sortie officielle en dvd et je n’ai pas été déçu, mieux, je l’ai dévoré des yeux. La version du film que j’ai vu possède deux pistes sonores : une en français et une autre en anglais avec la possibilité de mettre des sous-titres en français.

bscap0022.jpgbscap00211.jpg

Je ne vois pas trop l’intérêt d’une piste audio en anglais étant donné que le film est français, si ce n’est pour le public anglophone. Un petit détail qui pourrait faire toute la différence à l’étranger et lui permettre de rencontrer un succès bienvenue outre atlantique.

bscap0032.jpgbscap0030.jpg

Je partais pourtant avec des aprioris notamment par la présence de l’actrice Béatrice Dalle que je n’apprécie pas plus que ça et contrairement à ce que je pensais, elle s’en sort à merveille. Bien qu’elle n’aligne pas plus de 10 phrases dans toute la durée du film, elle compense par une gestuelle des plus efficaces.

bscap0042.jpgbscap0040.jpg

Son interprétation est à la hauteur de nos espérances, on sent qu’elle est imprégnée dans son rôle de femme aigri, plongée dans une follie meutrière, vengeresse mais sur le fond terriblement humaine. Alysson Paradis nous offre quant à elle une prestation saisissante de réalisme et troublante de sincérité en tant que victime.

bscap0036.jpgbscap0049.jpg

Ajouter à celà de nombreuses scènes gores, violentes à souhait et un scénario simple, farfelu mais bougrement efficace. La fin surréaliste achève le tout, il aurait été difficile d’en faire autrement si ce n’est un « happy end ».

bscap0047.jpgbscap0045.jpg

Parlons à présent des points négatifs car il y en a. Bien que ces derniers se comptent sur les doigts d’une main et qu’ils se font vite oubliés par le reste du film, ils se font sentir même aussi minimes soient-ils.

bscap0054.jpgbscap0053.jpg

On pourrait reprocher au film son manque de consistance, surtout en ce qui concerne la nature des deux principaux personnages interprétés ici par Béatrice Dalle et Alysson Paradis.

bscap0052.jpgbscap00551.jpg

C’était le choix des réalisateurs qui fut de privilégier les nombreuses scènes gores en mettant de côté l’histoire des principaux protagonistes. Au final, on reste un peu sur notre faim, on aurait aimé en connaitre davantage sur la vie des deux femmes au destin dramatiquement lié.

bscap0068.jpgbscap0059.jpg

La durée du film, moins d’1H15 aurait pu être rallongé d’un bon quart d’heure au profit de dialogues plus intenses et interressants.

bscap0062.jpgbscap0063.jpg

Autre petit détail, les effets spéciaux ne sont pas toujours à la hauteur, comme l’aérosol en feu. Ayant tenté l’expérience gamin, je sais que les enflammation de ce dernier ne donne pas comme ça dans la réalité mais comme je l’ai dit plus haut, ce n’est qu’une broutille. Autrement, dans l’ensemble, les effets spéciaux sont de très bonnes factures, on en redemande…

bscap0073.jpgbscap0069.jpg

Que dire d’autre ? Je le déconseille fortement aux âmes sensibles et aux femmes enceintes car de nombreuses scènes crues pourraient vous toucher et vous provoquer des hauts le coeur. Amateurs de films de genres et plans gores, à l’intérieur est pour vous. Vous savez ce qui vous reste à faire, foncez l’acheter à sa sortie.

bscap0079.jpgbscap0080.jpg

Une chose est sûre, le dvd devrait connaitre un succès nettement supérieur et amplement mérité contrairement à la sortie cinéma boycottée. Gageons que leur prochain film s’il a lieu soit aussi réussi. Le cinéma français n’est pas mort et a encore de beaux jours devant lui…

45.gif

Celticxoan 

45.gif

Le blog de Zombie sur les zombies :

headeressaidiaryofthedeadnew.gif

Le blog de Celticxoan sur les slashers :

headerv13.jpg

The machine girl (gore) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/31/the-machine-girl/ 

Abandonnée (fantastique) : 

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/30/abandonnee/

Primeval (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/20/primeval/

Frissons (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/20/frissons-1974/

Le cercle infernal (fantastique) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/20/le-cercle-infernal/

Evil aliens (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/20/evil-aliens/

Cemetery gates (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/20/cemetery-gates/

Rec (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/19/rec/

L’orphelinat (fantastique) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/19/lorphelinat/

Doomsday (fantastique) : 

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/20/doomsday/

The cottage (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/20/the-cottage/

Grindhouse : Death proof (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/19/grindhouse-death-proof/

A l’intérieur (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/19/a-linterieur/

L’antre de la folie (fantastisque) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/18/lantre-de-la-folie/

Frontière(s) (horreur) :

http://laubedufantastique.unblog.fr/2008/05/18/frontieres/

FRONTIERE(S)

frontires.jpg

FRONTIERE(S)

2006 – France/Suisse – Horreur/Thriller – 1h48

Réalisation : Xavier Gens

Avec : Karina Testa (Alex), Samuel Le Bihan (Goetz), Estelle Lefébure (Gilberte), Aurélien Wiik (Alex), David Saracino (Tom)

Sortie France: 23 Janvier 2008

Sypnosis :

Alors que l’extrême droite est sur le point d’arriver au pouvoir, de jeunes banlieusards commettent un braquage. Poursuivis par des flics hargneux, les membres de la bande dépassent la « frontière » de leur propre violence. Ils s’enfuient en voiture et débarquent dans une auberge perdue en pleine forêt, à la limite de la « frontière » luxembourgeoise.

Les tenanciers de cet étrange établissement, accueillants dans un premier temps, vont peu à peu montrer leurs vrais visages : celui de la folie et de la mort ! Crochets de boucher purificateurs, porcs agressifs, coups de flingue mal placés, armes blanches aiguisées à l’extrême, cannibalisme déjanté, néo-nazi sur le retour : les potes vont devoir affronter la douleur absolue et dépasser la « frontière » de l’horreur la plus extrême. Tout ça dans un seul et unique but : survivre. Ou mourir vite !

bscap0000.jpgbscap0008.jpg

Depuis le temps que je voulais le voir, ma déception n’est que plus grande… Après avoir visionné le film, je trouve que Frontière(s) porte bien son nom, à savoir, qu’il n’est ni bon ni mauvais…

bscap0007.jpgbscap0039.jpg

Quand je pense que ce film aurait pu cartonner mais avec tous ces défauts, ça ne sera pas le cas… Dommage car les films français qui donne dans le cinéma d’horreur se font rares.

bscap0029.jpgbscap0021.jpg

Frontière(s) est indéniablement inspiré du film culte « Massacre à la tronçonneuse » mais malheureusement, il n’atteint pas son niveau de par ses erreurs dans le choix scénaristique. C’est un peu un mélange de TCM, Calvaire et la haine.

bscap0012.jpgbscap0058.jpg

En prenant comme base les élections présidentielles et les manifestations violentes qui se sont déroulées dans la rue, Xavier Gens va vite nous faire comprendre que son film emprunte la haine raciste produiguée par le FN.

bscap0055.jpgbscap0048.jpg

Or, cela n’est pas forcément une mauvaise idée de départ mais le problème, c’est la façon dont il l’amène. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas toujours des plus fins.

bscap0043.jpgbscap0077.jpg

Déjà, quand on voit les jeunes qui ne sont ni plus ni moins que des racailles qui ont commis un malfait (un hold up ?) se faire massacrer, franchement, on comprend leurs bourreaux et on les applaudiraient presque pour leur bonne action…

bscap0075.jpgbscap0072.jpg

S’il n’y a avait que cela mais non, dans la famille de dérangés, on assiste à un spectacle des plus grotesques avec le père et ses sales manières d’allemands nazis qui veut créer une progéniture pure pour sa succession.

bscap0067.jpgbscap0060.jpg

Là encore, de nombreuses erreurs plombe le film comme la fille qui est choisie pour être la mère porteuse. Cette dernière enceinte de plusieurs mois est arabe et a les cheveux noirs or le père veut une race supérieure soit des enfants blancs et blonds…

bscap0083.jpgbscap0100.jpg

Je pense notamment à la scène où cette même fille se fait couper les cheveux car « Le père » n’aime pas les cheveux noirs qui sont longs or celle qui la scalpe a elle même les cheveux noirs et longs…

bscap0096.jpgbscap0085.jpg

Ne parlons des invraisemblances comme un jeune qui se prend « x » coups de masse dans le dos au niveau de la colonne et réussit quand même à se lever et marcher sans souffrir le martyr…

bscap0084.jpgbscap0107.jpg

A cause de ces nombreux défauts trop pesants dans l’intrigue, on assiste à un spectacle pas toujours des plus convaincants. Reste quelques scènes gores bienvenue et une première partie plutôt sympa dans l’ensemble si l’on fait abstraction de tout ce que j’ai cité plus haut.

bscap0106.jpgbscap0103.jpg

La fin du film n’est pas mauvaise non plus et j’ai adoré voir Estelle Lefébure se prendre une branlée (quelle mauvaise actrice, d’ailleurs en est-elle une vraiment).

bscap0117.jpgbscap0115.jpg

Samuel Le Bihan offre une prestation de qualité en tueur sanguinaire et le reste du casting n’est pas un mauvais choix non plus en général.

bscap0116.jpgbscap0109.jpg

La photographie est soignée et montre un réel savoir faire. Dommage que tout le reste ne soit pas du même acabit.

bscap0123.jpgbscap0122.jpg

En conclusion, Frontière(s) ne fait pas mieux que les autres productions françaises sorties à ce jour et ne marquera pas les esprits. Cependant, de par ses quelques qualités, il mérite qu’on y jette un oeil en espérant voir sortir dans les années à venir des films plus réussis et aboutis que ce dernier. Amateurs de films gores, ce film est pour vous.

4.gif

Celticxoan 

35.gif


12


CINOP' 6 |
balade en terre du mileu |
coconutsland |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kelhorreur
| sslstreaming
| celine fait son cinema